Menu Fermer

Haies multifonctions

Haies en permaculture

Les haies peuvent remplir de nombreuses fonctions y compris celle de produire des récoltes. Compte tenu de tous les services écologiques qu’elles apportent, on aurait bien tort de s’en passer!

Définir les limites

Dès l’automne 2013, nous avons commencé à planter des arbres en haies. Le terrain n’étant pas clôturé, ces haies serviront de barrière naturelle, nous laissant espérer que nous pourrions nous passer d’une clôture grillagée.

Nous avons profité de la fête de l’Arbre, début novembre, pour nous approvisionner en plants d’acacias non épineux donnés gratuitement par les pépinières de l’Etat.

Nous avons marqué notre territoire avec un coup de tractopelle. A l’époque, la bordure du terrain côté piste faisait débat avec les voisins, nous avons donc commencé par l’autre côté. L’engin a creusé un fossé et rejeté la terre côté extérieur.

cloture fb 2Nous avons déposé des raquettes de figuiers de Barbarie sur la butte extérieure et planté les arbres dans le fossé, en espérant qu’ils seraient mieux protégés des chaleurs et profiteraient plus longtemps de l’humidité.

Nous avons ainsi mis en place près d’un millier d’arbres, notre parcelle mesurant 900 m de long.

L’occasion pour nous de nous rendre compte de l’importance d’installer un brise vent et de prendre bonnes notes des secteurs venteux … On a fait face à des vents violents, tempétueux, nous obligeant même à abandonner le travail. Vers la mi-novembre, commence la période du vent d’ouest, on le sait maintenant.

La bonne nouvelle, c’est que la haie sur la longueur du terrain pourra aussi servir de brise vent, la parcelle n’est pas tout à fait  orientée Est/Ouest, mais ça devrait néanmoins faire une protection efficace.

La mauvaise nouvelle c’est que la bordure Ouest est celle côté piste, que nous avons dû laisser aux pourparlers voisinaux…

Bilan deux ans après

L’effort et la stratégie ont payé. Environ 80% des arbres ont pris, et à part une section de 100 m irrigués (taux de reprise 99%), les arbres n’ont reçu que la pluie.  La section irriguée, qui du reste n’a pas été plantée dans le fossé, nous dépasse, les arbres sont vigoureux et forme un rideaux.acacia 2015

Pour le reste, la vigueur est variable et il y a une portion d’une trentaine de mètres où les arbres sont morts et quelques manquants par ci par là. On voit d’en haut du terrain une ligne verte qui se dessine, et qui commence à sortir la tête du fossé.

Les figuiers de Barbarie aussi ont plutôt bien pris, et ils auraient sans doute aussi apprécié d’être plantés en cuvette, car même si ce sont des plantes pionnières, un peu de confort avec un surplus d’eau ne leur auraient pas fait de mal. La croissance est assez lente, et il faudra quelques années pour avoir une barrière défensive “impénétrable”.

Notre espoir de nous épargner une clôture grillagée est mis à mal. Le fait de ne pas habiter sur le site, laisse trop d’occasions pour les larrons. Nous avons été victimes de plusieurs vols, le dernier en date étant un vol d’olives: une quinzaine d’arbres ont été récoltés sauvagement (branches cassées, seulement le bas accessible a été pris..). Sans compter les actes de braconnage et les passages intempestifs de chasseurs sans vergogne. Décision a donc été prise, à contre cœur de mettre en place une clôture, qui en plus d’être coûteuse financièrement, sera aussi coûteuse écologiquement: poteaux en bétons tous les deux mètres, et grillage métallique, pour un périmètre de plus de 2 km. Encore un chantier énorme que nous n’avons pas encore entamé…

Poursuite de la clôture vivante

Les débats sur notre limite du terrain côté piste se sont dissipés et nous avons entamé cette automne 2015 la plantation d’acacias, obtenus aussi gratuitement pour la fête de l’Arbre. Déjà 400 arbres bordent le terrain, couvrant environ presque la moitié de la longueur. Ces arbres servant non seulement à fermer mais surtout à nous fournir un premier rempart au vent d’ouest nous avons décidé de les irriguer pour un meilleur taux de reprise et une croissance plus rapide.

Ces arbres pionniers préparent aussi le terrain pour les lignes suivantes d’arbres qui constituent le brise-vent. Les acacias ont une forme en boule, ne dépassant pas les 3 à 4 mètres. La ligne suivante sera formée pbrise ventar de plus grands arbres, entre 8 et 15 m dépendant des essences. En effet cette ligne sera variée en espèces, feuillages persistants en majorité vu que le vent à briser est un vent d’hiver. La troisième ligne intérieure du brise-vent sera plantée entre autres de fruitiers variés, qui ne dépasseront pas non plus les 3 ou 4 m. Et puis nous verrons au fur et à mesure comment tout ça évolue…

Ainsi, ces haies entourant le terrain rempliront bien des fonctions: barrières et marquage des limites, brise-vent, biodiversité, récoltes, abri pour la faune auxiliaire, source de branchages et mulch, vue agréable et mille autres choses non perceptibles…

D’autres haies à l’intérieur de la parcelle viendront petit à petit apporter leurs bienfaits à nos arbres producteurs de récoltes…

Lire un autre article

2 Comments

  1. Ping :Design de la Food Forest de L'ombre du palmier - L'ombre du palmier, permaculture en Tunisie

  2. Ping :Design de la Food Forest de L'ombre du palmier - L'ombre du palmier Centre de permaculture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *