Permaculture et économie

Gagner sa vie avec une activité en permaculture, non seulement c’est possible mais c’est essentiel

Quand l’argent redevient un moyen et non une fin

Schéma de l\\\\\\\'économie circulaire
Monnaie locale complémentaire L\\\\\\\'ombre du palmier, centre de permaculture
Production d\\\\\\\'une tasse de thé conventionnelle et en permaculture
Incroyables comestibles

La viabilité économique, qu’est-ce que ça veut dire?

L’économie a complétement été dénaturée par le capitalisme néolibéral. Or il s’agit avant tout de la bonne gestion des ressources et leur adéquation avec les besoins.

L’économie c’est aussi les relations entre les fournisseurs et les utilisateurs/consommateurs. Et depuis longtemps il a été compris que les échanges ne peuvent pas toujours être bilatéraux et qu’on a besoin d’un moyen de paiement pour se libérer d’une dette. Il y a aussi le problème de l’adéquation des désirs: je veux un produit mais celui qui le propose n’est pas intéressé par mes produits/services. C’est de là que se sont généralisées les monnaies pour leur fonction essentielle de moyen de paiement.

Les monnaies ont ainsi le potentiel de complexifier les échanges , ce qui est un principe de permaculture et surtout de libérer de la dette. Elles permettent aussi  de fonctionner dans des ensembles plus grands.

La viabilité économique est un des aspects de la soutenabilité des systèmes que l’on designe. En effet, comment peut-on prétendre changer le monde sans apporter une réponse économique? Aura-t-on toujours besoin d’argent dans nos sociétés, peut-être pas. Cependant il semble peu probable qu’une économie du don permettent des échanges au niveau planétaire.

 En attendant, dans cette phase de transition, nous devons montrer que gagner sa vie est compatible avec le respect de la Nature et du Peuple.  

Bien sûr la situation a dégénéré et l’argent est devenu un but. Mais il ne tient qu’à nous de lui redonner ses fonctions pratiques. Il existe beaucoup de moyens d’échanger des biens ou des services autres que l’argent. Et elles sont complémentaires car elles interviennent à différents niveaux.

Même si la relocalisation des productions est au cœur des stratégies de permaculture, on ne saurait envisager de se couper du reste du monde. Les échanges internationaux ont toujours eu cours. C’est un pattern universel que l’on retrouve également dans le règne animal et végétal. Dans ce cas aussi l’argent peut être une monnaie utile.

La dictature du prix bas

Tout le monde trouve toujours tout trop cher, et son salaire trop bas. Beaucoup de gens font leurs courses en recherchant un prix plutôt qu’un produit, affectés par le syndrome de la tête de gondole. Mais qu’est-ce qu’un prix bas, si ce n’est le visage de la misère et de l’exploitation?

Entre les faux prix bas et les faux prix élevés, on ne sait plus la valeur des choses. Et c’est une dérive principale de la monnaie: on cherche à l’amasser et elle devient elle-même un bien. Aujourd’hui la plupart du temps  nos relations dépassent le cadre hyper local: on a donc besoin d’une monnaie. Et de plus si le crédit qui avait cours avant la monnaie renforce les liens communautaires, il a aussi un caractère oppresseur. Car on reste lié au créancier tant que la dette n’a pas été soldée.

Phase de transition

Dans cette phase de transition il y a un double mouvement qui doit s’opérer. D’un côté on doit mieux rémunérer le travail et de l’autre on doit éliminer la systémique du rapport marchand.

Ceux qui vivent sans argent au milieu de nos sociétés modernes sont des exemples inspirants. Pour autant, pour une majorité, leur vie sans argent est possible car les autres ont payé pour leurs biens ou services à un moment donné. Et on ne peut pas tout compenser par des échanges non monétaires quand une des parties reste asservie à la nécessité de gagner de l’argent.

Il est important de mener une vraie réflexion sur la place et les fonctions de l’argent, au delà des réactions à chaud que l’on exprime dans un contexte déviant. Cette réflexion nous mène aussi sur la place du travail.

Et si l’on veut appliquer les principes de permaculture à cette question, on peut penser que la solution tient dans une combinaison de plusieurs solutions:

1/ Le gratuit et le don dans des contextes définis

2/Les monnaies locales pour des échanges à l’échelle d’une ville ou d’une région

3/L’argent pour des échanges en grande quantité et/ou à l’échelle nationale ou internationale.

On peut certainement rêver d’un monde sans argent, lorsque chaque foyer, chaque entreprise sera autonome en énergie et ne produira plus aucun déchets, lorsque nous n’aurons plus besoin d’hôpitaux, de routes, d’écoles, de cinéma, lorsque nos moyens de communications reposeront sur des technologies non polluantes et simples…

En attendant, nous militons pour de meilleures conditions de vie, et cela passe entre autres par de meilleures rémunérations.

Pour aller plus loin

Vivre sans argent

Les monnaies locales

L’économie circulaire